Archives mensuelles : septembre 2014

Chronique de l’opposition, Septembre 2014.

Chronique de l’opposition, en 2 actes, parue dans La Lettre aux villardiens de septembre 2014. En deux actes…

Acte 1 : La pensée unique n’existe pas. La présence de 2 listes aux dernières élections donnait un sens à cette évidence, assurant ainsi les Villardiens de la représentation d’une pensée plurielle au Conseil municipal. Dès le soir des élections, nous avons exprimé notre intention de mener une opposition intelligente, capable de coopérer et approuver, mais aussi une opposition vigilante prête à questionner et dénoncer toute décision allant à l’encontre de l’intérêt commun. Fidèles à notre mission, nous avons dénoncé l’augmentation de 13% de l’enveloppe des indemnités du Maire et de ses 12 adjoints.

A l’évidence, la réduction des dépenses publiques se fera sur d’autres postes que celui des revenus d’élus ! Nous nous sommes opposés à l’achat pour 30000€ de la bibliothèque Jacques Lamour, fusse-t-elle de qualité universitaire sur l’art et la botanique. N’y avait-il pas d’autres priorités pour les Villardiens ? D’autres décisions (recours PLU, tarifs REX…) ont suscité des débats animés entre nous.

Aujourd’hui, Madame le Maire a décidé de manière unilatérale de réduire de moitié l’espace d’expression de l’opposition, le ramenant de 5000 à 2500 caractères. Niveau historique le plus bas ! Nous devons rendre notre article suffisamment à l’avance pour qu’il soit lu et pris en compte dans la rédaction du numéro de la Lettre aux Villardiens. Déontologie zéro… Nous ne disposons désormais que d’un espace étriqué et surveillé pour notre expression.

Selon la même logique dominatrice : Madame le Maire a pris la décision de supprimer la transcription des débats dans les comptes-rendus des conseils municipaux. Il fallait oser ! Nous entrons tout droit dans les travers d’une culture du verrouillage et de l’opacité, empêchant l’opposition de faire son travail. En bâillonnant ainsi les représentants de notre groupe, élus par 1169 Villardiens, cette attitude révèle un manque de respect républicain vis-à-vis de la population dont pas loin d’un électeur sur deux avait exprimé son souhait de voir les choses évoluer.

Face à cette main mise sur l’information, nous avons décidé de mettre en place de vrais outils d’expression libre en lançant notre blog « le Balcon d’en face » www.lebalcondenface.fr. Sur ce site, nous nous exprimerons régulièrement avec le sens de nos responsabilités et l’explication de nos positions. Les difficultés économiques confirmées par la mauvaise saison estivale, devraient nous ouvrir aux idées et projets de tous.

Acte 2 : 72h après avoir remis le texte ci-dessus au service de l’Office du Tourisme en charge de la Lettre aux Villardiens, nous avons reçu un message rectificatif. Après des excuses, les services nous informent qu’un malentendu est à l’origine de la réduction d’espace et « non une volonté politique » et nous demandent une nouvelle chronique. Dans un autre contexte nous y aurions peut-être cru… Madame le Maire remonte notre espace à 5500 caractères, soit davantage que lors du mandat écoulé. Nous la remercions. Mais notre texte a donc bien été lu et pris en compte préalablement à son édition, au mépris des principes de respect des règles égalitaires entre les parties. Dont acte.

Cependant, nous sommes prêts à faire entendre nos propositions. Quelles que soient nos divergences, nous sommes liés par une situation générale et ses conséquences locales qui imposent un cadre de réflexion et de travail très clair : d’un côté, un budget dépenses soumis à des charges incontournables, parfois non choisies telle que la réforme des rythmes scolaires (+80.000€ / an), de l’autre un budget recettes dont les encaissements autres que les impôts vont diminuer avec la baisse drastique de la dotation d’Etat annoncée dès 2015.

Les villardiens, soumis à une pression fiscale déjà élevée ne doivent pas subir une hausse des impôts locaux pour équilibrer le budget. Au moment où l’Insee publie la baisse chiffrée du niveau de vie des Français en 2012 (probablement accentuée en 2014), nos indicateurs locaux affichent par exemple une augmentation du nombre de familles villardiennes présentant des difficultés de paiement de la cantine scolaire. Preuve, s’il en faut, que nous n’échappons pas aux difficultés économiques. C’est donc bien dans ce contexte que nous sommes décidés à mener une action d’élus responsables et lucides, même si nous appartenons au groupe d’opposition !

Nous voulons faire entendre nos idées autour de projets qui investissent l’argent de nos impôts sans alourdir les charges communales. Il faut penser des projets qui créent de la richesse économique pour les villardiens sans peser sur le budget de fonctionnement de la commune, par exemple sans créer de nouveaux bâtiments qu’il faut ensuite chauffer, entretenir… Pensons-y dans la réflexion sur l’aménagement du centre village, si celle-ci devait aboutir. L’idée des halles couvertes que nous avions émise (qui auraient été bien utiles cet été) va dans ce sens.

Nos propositions d’aménagement sur la Colline des Bains répondent aussi à cette logique d’économie et de sécurité afin qu’à une saison d’été médiocre, ne succède pas une saison d’hiver compliquée. Etre élu d’opposition, c’est pouvoir s’exprimer encore plus librement et contribuer au débat d’idées.

Dans les commissions et lors des réunions où l’échange est possible et par nos propres moyens, nous donnerons nos propositions, conscients du nouvel équilibre financier et économique en jeu.

Véronique Beaudoing – Chantal Dusser – Nadine Girard-Blanc – Pascal Lebreton – Patrick Marx – Jean-Paul Uzel
http://www.lebalcondenface.fr

Pourquoi nous avons voté contre… L’achat de la bibliothèque Jacques Lamoure pour un montant de 30.000 €.

Cette bibliothèque d’un particulier (à qui on doit la rénovation de la maison du patrimoine de Villard) est composée de plusieurs centaines de livres.
Nous avons bien retenu de la lecture du rapport d’expertise effectué en 2004 par Jean Guibal que sa valeur tient du fait de la concentration de très nombreux ouvrages sur des thèmes choisis (art, botanique, histoire). Il ne s’agit pas de livres anciens ou rares, ni même d’éditions limitées. Cette bibliothèque tire sa valeur de son entité pleine et serait digne d’une bibliothèque universitaire. Très bien.

Mais fallait-il pour autant que la Commune en fasse l’acquisition ? Qui aura accès à ces livres au sens pratique (aucun lieu d’exposition ou de consultation n’est prévu) comme au sens intellectuel (des thèmes très pointus) ?

On nous rappelle sans arrêt en conseil municipal les charges budgétaires subies pour arbitrer des décisions, alors si nous avions vraiment 30.000 € à investir dans la culture et le patrimoine, n’y avait-il pas matière à enrichir et valoriser l’existant ?

Pourquoi nous avons voté contre… L’augmentation des indemnités d’élus.

1° Lors de la mandature 2008-2014, l’enveloppe annuelle de ces indemnités avait déjà augmenté de 21% en passant de 113.600€ fin 2007 à 138.000€ fin 2013. Avec la nouvelle mandature, cette enveloppe progresse encore de 13% en passant à 156.000€. Combien de villardiens, en ces temps de rigueur, voient leur revenu progresser de la sorte ? Ce n’est pas une démarche correcte vis-à-vis de la population, surtout quand on est dans une mission de service public.

2° Concernant l’indemnité mensuelle du Maire : à 2820€, elle progresse de 12,4% et atteint un niveau historique à Villard où jamais le Maire de Villard n’a eu recours à la majoration optionnelle pour le chef lieu de canton… Or dans le cas présent, le Maire perçoit aussi par ailleurs une indemnité d’élue cantonale. C’est donc déplacé.

3° Concernant les indemnités d’adjoints : Villard de Lans passe de 8 adjoints et 2 conseillers délégués à 8 adjoints (maximum légal) et 4 conseillers délégués, c’est-à-dire 12 conseillers spéciaux avec le même régime indemnitaire. Où est la cohérence ? Cela ressemble à une véritable garde prétorienne !

4° Enfin, concernant les 14 autres « conseillers ordinaires », leur indemnité déjà symbolique…  baisse de 35%, passant de 57€ à 37€ : c’est très révélateur de l’enfermement de l’action et de l’information entre quelques mains. En ce sens, les 8 conseillers ordinaires de l’équipe majoritaire peuvent garder la tête haute et nous l’espérons, l’esprit libre !

Au-delà de ses incohérences, cette délibération, pour nous, est incompatible avec notre vision de l’engagement citoyen et de ce que nous avions défendu. Elle aggrave le fonctionnement archaïque des équipes municipales en ne reconnaissant une fois de plus que l’action d’une minorité au lieu de favoriser une large coopération.
Ce n’est pas le principe des indemnités d’élus que nous condamnons, mais leur concentration et leur inflation dans un contexte d’effort nécessaire de baisse de la dépense publique…

Modifications du rapport de présentation du PLU suite au recours de la Préfecture sur le PLU.

Nous avons voté contre… Pourquoi ?

Les remarques de la Préfecture nous ont permis de revenir sur des points clés de ce PLU, points qui n’ont jamais été abordés dans le programme de l’équipe élue.

1° Concernant le changement de zonage de Mayfray et des Gauchets. Le recours préfectoral est clair : « le rapport de présentation ne fournit aucune explication sur les changements de zonage apportés, en particulier concernant le reclassement en zone U des Gauchets et de Mayfray, alors même que l’ouverture à l’urbanisation de ces zones libres de toute construction apparait en opposition avec l’objectif de lutte contre l’étalement urbain énoncé page 83 du rapport de présentation ».

Quelle est la volonté municipale qui motive l’OAP (Orientation d’Aménagements et de Programmation) des Gauchets ? A force de questions, le Maire a finalement admis qu’il était possible qu’il y ait des constructions dans cette zone. Impossible d’en savoir plus. Il y a donc bien un projet mais nous n’en savons pas plus pour l’instant. Une « conclusion spontanée » d’un Grenelle ne manquera pas de nous tenir informés….

2° Le PLU fait clairement état d’un programme d’hébergement touristique pouvant atteindre 24000 m2 de surface. Il est question de 1700 lits et 425 logements touristiques. Le programme est divisé en 3 morceaux pour échapper à l’UTN (unité touristique nouvelle) :

  • Dans le bourg, où sont prévus les 7962 m2 de logements touristiques ?

  • A Bois Barbu, quelle est la nature du programme de 75 logements touristiques mentionnés ?

Là encore, surveillez ce qu’il va advenir du parc Joseph Guichard dont tout ou partie pourrait bien rebondir sur un programme d’urbanisation. Les Grenelle concluront que c’est ce que veulent les Villardiens… Vraiment ?