Archives mensuelles : mai 2016

Budget à Villard de Lans

Un déménagement de quelques mètres aux conséquences nocives…

Depuis de longs mois maintenant, l’élément financier rythme tout débat à Villard de Lans. Une fois encore, l’introduction au débat d’orientation budgétaire 2016, donnait le « la » du morceau à jouer : perte de recettes, plan d’économies, citations de rapports alarmistes sur la situation des communes françaises, contexte national, hypothèse d’une hausse des impôts locaux (finalement écartée pour 2016, mais 2017 ?)… Pour un peu, l’opposition gagnée par le syndrome de Stockholm, volait au secours de cette majorité accablée par tant d’injustices !

Cependant, en réponse à une question précise de notre part, l’équipe municipale a finalement confirmé les projets suivants : le transfert du casino dans les locaux de l’office de tourisme et la rénovation du «château » qui pourrait abriter à terme l’office du tourisme (dans 3-4 ans ?). Le budget primitif entérine le lancement de ces projets par l’engagement de 1 500 00€ de frais d’étude.

Pourquoi le transfert du casino à la place de l’office de tourisme doit être dénoncé, et s’il est encore temps pourquoi faut-il y renoncer ?

  • L’office du tourisme est à SA place : transféré de la mairie (actuelle Maison du Patrimoine) à cet endroit il y a plus de 50 ans, il est au cœur des installations sportives et touristiques, symbole d’une station sportive. Arrivée des cars, visibilité parfaite à l’entrée du village, parkings proches, il a fait l’objet d’une rénovation importante en 1998 sous la mandature de Michel Daudens qui lui a donné sa conception actuelle. A l’époque, il y a à peine 20 ans, l’équipe avait fait appel à un architecte spécialiste de ce type de d’ouvrage pour lui donner une architecture de montagne.

  • Certes, le casino manque de visibilité. Cela ne justifie pas qu’il faille céder au chantage du départ et lui accorder la place centrale et raisonnée de l’office de tourisme.

  • Sa position « en tête de gondole » n’est pas cohérente avec les efforts d’image et de communication d’une station village et d’une station familiale.

  • Son transfert implique de trouver un nouvel emplacement pour l’office de tourisme.

On arrive alors à la seconde étape : la rénovation/reconstruction du « château ».

  • Villard devra vivre sans bâtiment d’office de tourisme pendant au moins 2 ans.

  • La reconstruction du « château » est évaluée au minimum à 3 millions d’€, supportés par les finances de la commune. Sans compter les « surprises » inhérentes à la vétusté du bâtiment.

  • La commune devra emprunter et augmenter les impôts pour faire face aux remboursements.

La sagesse consiste à renoncer à cette opération suicidaire non créatrice de richesses à terme pour Villard.

Concernant le « château » 2 solutions:

  • la démolition du bâtiment en très mauvais état et dont l’histoire peut-être préservée sans garder l’ouvrage en totalité. C’est de loin la solution que nous préférons car elle donne à Villard les moyens d’envisager un réaménagement intéressant de son cœur de village sans créer les charges d’un bâtiment nouveau.

  • la reconstruction : Le casino s’y installe et participe au financement du nouveau bâtiment dont le statut juridique devra être adapté. Cette solution ne nous plaît pas mais aurait le mérite de positionner en priorité le projet communal.

En toute hypothèse les Villardiens ne peuvent pas supporter une fiscalité locale alourdie. Nous aurons notre part de hausse de la part des strates supérieures. On ne peut pas avoir un discours national prônant la diminution de la pression fiscale et faire l’inverse localement.

Alors que suggérons-nous ?

Quitte à préserver l’existant, renforçons les fondements de notre économie qui soutiennent l’emploi local. L’hiver 2015-2016 a montré à quel point nous sommes fragiles et dépendants de « l’or blanc ». Si la SEVLC, après avoir investi il y a 30 ans dans la neige de culture n’avait pas renforcé chaque année ses installations pour en optimiser la production, la Côte 2000 n’aurait pas ouvert cet hiver. Il est illusoire de penser que nous pourrions trouver une économie de substitution à celle des sports d’hiver. Cette saison difficile nous oblige à développer l’enneigement de toutes les installations de la station. Bois Barbu et la Colline des bains ont besoin des infrastructures nécessaires à la production de neige. Bois Barbu parce que Villard est en train d’abandonner la partie du ski nordique alors que ce site participe à la polyvalence de la station. La pratique du ski nordique augmente chaque année, Villard devrait en tirer bénéfices. La Colline des Bains parce que son succès n’est plus à démontrer. Une retenue d’eau est tout à fait possible sur le site et répond aux besoins techniques. Le bon sens commande, dans des périodes difficiles comme aujourd’hui, de concentrer nos efforts sur l’entretien de ce qui fait la richesse de notre économie et constitue le moteur de l’emploi.

Prenons du recul : les 2 projets retenus ne sont pas ceux dont Villard a besoin et pourtant c’est à ceux-là que sera allouée la faible marge d’investissement restante. Ils ne sont pas de ces réalisations qui feront dire à nos enfants plus tard « heureusement que les anciens y ont pensé ».

Il reste un 3ème et magnifique rond point à décorer pour célébrer les mascottes locales. Après l’Ours emblème historique, la Villarde fierté patrimoniale, pourquoi pas une machine à sous, future star locale 😉

Extrait de « La lettre aux villardiens », chronique de l’opposition.

Véronique Beaudoing – Chantal Dusser – Jacques Ebermeyer – Nadine Girard-Blanc – Pascal Lebreton – Jean-Paul Uzel