Quel projet pour Bois Barbu ?

Grenelle : Débat multipartite, normalement suivi d’un accord supposé résoudre des problèmes importants à l’échelle du pays. Pourquoi alors galvauder ce nom pour la tenue de réunions publiques qui ne comptaient, pour chacune d’elles, qu’un nombre réduit de participants (entre 30 et 50) équipes « techniques » comprises ? Serait-ce une utilisation « marketing » ou la recherche d’une légitimité pour la mise en œuvre de projets importants qui concernent TOUS les villardiens ? La suite nous le dira.

Ainsi la dernière réunion programmée concernant « Bois Barbu » s’est tenue lundi 1er décembre. Vous pouvez prendre connaissance de son contenu sur le site de la commune www.villard-de-lans.fr  (Mairie/Grenelle de Villard de Lans/Grenelle Bois Barbu… réunion du 1er décembre 2014).

Elle a débouché sur la validation des propositions de consolidation de l’offre hivernale. Ont également été retenues les propositions concernant l’offre estivale

  • offre d’hébergement et/ou de restauration (hébergements aériens, insolites, restauration insolite)
  • offre d’activité hors équipement structurant (parcours acrobatiques, accrobranches, parcours collectifs suspendus, parcours aériens découverte ludique, créatif, tir à l’arc…etc.).

Le principe « d’appels à projets » devrait être lancé en 2015.

La structuration de l’offre autour d’un équipement structurant de type PLAN D’EAU et GOLF a également été débattue. Sur ces deux points qui sont étroitement liés, aucune décision n’a été prise, ce qui ne signifie pas pour autant que le projet ait été retiré.

Le plan d’eau artificiel (réserve collinaire alimentée avec l’eau du réseau):

Trois options sont proposées:

  1. Un plan d’eau avec esthétisation du site pour une clientèle de promeneurs, randonneurs, marcheurs…Certes il permettrait d’optimiser l’enneigement artificiel du site. Mais un tel investissement (dont le coût se situerait entre 500.000 et 800.000 €) ne semble pas pertinent au regard du résultat attendu. Une étude de rentabilité s’avèrerait nécessaire pour valider ce projet s’il devait être retenu.
  2. Un plan d’eau aménagé avec une offre de base de loisirs de plein air pour une clientèle familiale, d’associations sportives et de loisirs. Cette option a été écartée. Ce n’est visiblement pas la clientèle recherchée.
  3. Un plan d’eau paysagé avec la création d’un golf. Faute de disposer d’éléments suffisants qui permettraient de valider (ou non) ce projet, aucune décision n’a été prise. La restitution attendue d’une étude doit permettre d’étudier sa faisabilité (*):

(*) 1. Extrait de compte rendu du conseil communautaire (CCMV) : « Création d’un terrain de golf : débat autour de la pertinence d’un tel projet et éléments d’aide à la décision. Le président rappelle qu’une mission exploratoire a été confiée à M. Gérard Clot Godard par un courrier du 27 novembre 2008… En conclusion, l’assemblée décide d’intégrer la faisabilité d’un tel projet dans la charte et de confier à la Fédération (de golf) une étude d’analyse du potentiel golfique local pour un coût de 1200 euros. »   Quel est le résultat de cette mission établie en 2008 avant le contexte de crise économique que nous traversons ?    Un rapport a-t-il été établi ?

(*) 2.  Conseil Municipal de juin 2013 le projet de création d’un golf à Bois Barbu a été à nouveau évoqué. Madame le Maire rappelle que le rapport préalable de la société Atout France permettra d’étudier la faisabilité du projet, sur le plan règlementaire et environnemental.

Même si la municipalité actuelle se défend d’avoir voulu cacher ce projet, qui ne figure pas dans le programme présenté aux Villardiens, peut-elle seulement se prévaloir d’un regrettable oubli ? Alors que la création d’un plan d’eau (qui n’avait jamais été évoquée auparavant) était inscrite dans le programme présenté, celui de la création d’un golf, évoqué à plusieurs reprises (cf. ci-dessus), n’y figure pas. Pourquoi ?

Voir aussi: « Le point sur le projet de golf à Bois Barbu. »

7 réflexions au sujet de « Quel projet pour Bois Barbu ? »

  1. Bonjour,
    J habite et réside a bois barbu et suis pour un développement touristique et paysager pour notre commune,mais le hameau de bois barbu est souvent baigné par de fréquent brouillard tenace de toute saison.
    Lac et projet de golf n on pas de place a bois barbu,la vitrine de Villard de Lans c est la plaine de Lans,les blablateurs élus me disent la non faisabilité de ce projet car trop onéreux,a mon sens il faut planifié l investissement sur deux mandats afin de ne pas endettés la commune.

    1. Nous vous remercions très sincèrement pour votre commentaire, moment privilégié d’échanges qui permet au mieux de rapprocher les positions et à tout le moins d’apporter des explications sincères, non partisanes, non idéologiques et non politiques .
      Comme vous, nous sommes pour un développement touristique de notre plateau, véritable poumon économique. Cette orientation est indispensable et essentielle à notre territoire. Pour autant le choix des investissements, lorsqu’ils engagent les deniers publics, doit être réfléchi et totalement exonéré de tout intérêt polluant pour ne répondre qu’à celui de notre seule collectivité.

      En tant que lecteur de notre blog, nous pensons que vous ayez pris connaissance de l’article « le point sur le projet de golf à Villard-de-Lans » . Il reste à votre disposition et à votre appréciation. Rédigé pour apporter aux lecteurs des éléments de réflexion, il est une synthèse d’échanges et de données de la Fédération Française de Golf. Un investissement d’une telle importance (fourchette entre 3.5 et 4.5 M€) ne saurait être engagé (avant même toute réflexion environnementale) qu’à la seule condition de dégager avec certitude une rentabilité rapide et élevée .
      Pour le sujet qui nous préoccupe ce point est totalement improbable. Avec des pertes d’exploitation, qui pourraient s’inscrire sur une période de 5 à 10 ans dans le meilleur des cas, doit-on encourager un projet qui va peser lourdement sur la collectivité et les contribuables, alors que l’on sait que la commune va connaître une baisse sensible et rapide de ses recettes ?
      Quel chef d’entreprise sérieux et responsable, comme ils le sont pour la grande majorité, s’engagerait aujourd’hui dans un projet de grande envergure alors qu’il sait de façon certaine que ses bénéfices vont chuter dans les années à venir ? Je n’en ai pas connu beaucoup et ceux qui s’y sont hasardés n’ont pas connu des lendemains heureux.

      P. Marx, Elu et membre de l’association AEPV, à votre disposition pour poursuivre cette conversation si vous le souhaitez. Bien cordialement

  2. Le problème c’est que quand un Maire engage de lourds investissements financiers (comme la création d’un golf) , ce n’est pas son argent, mais celui de tous les Villardiens ! C’est bien plus facile et dans ce cas précis, en l’occurrence, ce n’est pas du tout raisonnable …

  3. Un golf de plus sur le Vercors ?
    Ce n’est pas un projet très social. Le golf s’adresse à un public restreint, très aisé, agé qui privatise des parties importantes du patrimoine. Gardons ce site pour les promeneurs, les randonneurs, les skieurs de fond et à tout ceux qui font le dynamisme du plateau du Vercors !

    1. Les golfeurs font vivre l’économie locale et beaucoup plus que cyclistes , skieurs de fond. Et je sais de quoi je parle. Restreindre les golfeurs à « un public très aisé âgé » c’est faire preuve d’un ostracisme inacceptable humainement parlant ! Par ailleurs « la privatisation des parties importantes du patrimoine  » est, en réalité un aménagement d’espaces PRIVÉS ( je pense à Corrençon) dont les propriétaires peuvent faire l’usage que leur permettent les impôts par eux payés.

      1. Bonjour M ou Mme « chabert-dalix »,
        vous avez une notion très particulière de ce qu’est le patrimoine, la nature, la vie ensemble… Il me semble moi que ce que vous appelez « patrimoine privé » est surtout une impression de possession « égoïsto-capitaliste ».
        La nature n’appartient à personne, le bien commun non plus. Quand on est propriétaire « temporairement » d’une surface en forêt (à l’échelle de la planète et de l’histoire, c’est un peu relatif cette possession, non ? Nous ne faisons que passer Madame…), on en est surtout responsable vis à vis de la nature et des autres. « Responsable » a du sens.
        Par ailleurs restreindre la question de la création d’un golf à des intérêts privés est un peu « courte vue », non ? Ça a quand même « un peu » d’impact sur l’espace public à aménager et les impôts ?
        Combien cela a coûté aux corrençonnais en impôts (même les non propriétaires de forêts…) pendant des années, vous le savez ? Vous le dîtes ? Non, et je le regrette.

        Bref le débat est un peu plus complexe je pense que « j’ai un bout de terrain ou un commerce dans la forêt et je vais faire plein de fric avec l’argent public et les impôts des villardiens  » 😉

        Un peu d’éthique quand même et pensons un peu plus large; on a déjà payé des livres que vous souhaitiez pour 30.000 € au lieu de maintenir des équipements publics, ou des subventions aux associations, ça ne fait pas réfléchir, ça ?

        Il y a beaucoup de « non dit » dans votre démarche Madame, d’où viennent toutes ces histoires, que voulez-vous, quels intérêts sont en jeu ? On ne dit pas toute la vérité aux villardiens.

  4. Bonjour Monsieur,
    Ouf ! Vous saviez dès le début de votre si courtoise réponse que je suis une dame. Vous le répétez à plusieurs reprises dans votre réponse donneuse de leçons. Je reviens tardivement sur deux points : vous mettez entre guillemets la phrase suivante :  » j’ai un bout de terrain ou un commerce dans la forêt et je vais faire plein de fric avec l’argent public et les impôts des villardiens ». De qui est cette phrase ? Si c’est votre réflexion personnelle précisez. Si votre intention est de cibler notre activité , effectivement, dans la forêt de l’Alloubière allez jusqu’au bout . J’avance ici avec mon nom. C’est mon choix et cela participe d’une certaine éthique. Le votre est de rester anonyme. À chacun ses valeurs. Patrick Marx disait plus haut à propos d’un commentaire de M. Magnat  » moment privilégié d’échanges  » et j’apprécie.Vous devriez relire son texte. Pour en terminer à propos de Bois Barbu et du « fric  » je suis personnellement très à l’aise, ne possédant ni champs, ni forêts, ni commerce en pleine propriété. Juste de passage comme vous le dites. Et si golf il y a je ne suis ABSOLUMENT pas concernée cadastralement ou commercialement parlant. Il m’arrive de m’exprimer aussi dans une vision collective de développement.
    Second point , les livres Lamoure. Vous me flattez ! J’aurais donc le pouvoir de contraindre un conseil municipal d’acheter « ce que je souhaite » ? Je vous laisse donc, cher Christian, à vos mots si peu courtois et je cours voir les élus afin de tester cette hypothèse . Bien cordialement,
    Lydia Chabert Dalix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 3 = 8